Le Sanctuaire inconnu : ma « conversion » au judaïsme – Aimé Pallière

Publié le


Titre : Le Sanctuaire inconnu : ma « conversion » au judaïsme – La religion Noachide : l’enseignement d’Élie Benamozegh

Auteur : Aimé Pallière

Date de sortie : 1926 (édition originale) (Réédité en 2005 et 2014 aux éditions Saint Remi avec préface et notes critiques par Louis-Hubert Remy)

Résumé / Quatrième de couverture :

Né sur les pentes de la pieuse colline de Fourvière, bercé par sa mère dans les douceurs de la Foi catholique, discipliné par les enseignements de l’école religieuse, destiné au séminaire et à l’Eglise par la vocation de son adolescence, M. Aimé Pallière accomplit ce prodige de concilier en lui les aspects dezs plus opposés d’Israël, mais il réalisa cet autre miracle d’avoir pu adopter une religion nouvelle sans rompre avec celle qu’il quitta. Jamais hérétique, apparent ou réel, ne fut moins excommunié.

M. Pallière conserva à l’égard de Rome l’attitude d’un fidèle reconnaissant, et les fidèles de l’Eglise ne lui retirèrent aucune de leurs sympathies. On a vu des ecclésiastiques, introduits par lui dans les milieux juifs, accepter de parler sous son patronage et une publication catholique reproduire un sermon qu’il avait prononcé dans une synagogue.

C’est que découvrant en Israël le porteur d’une idée qui intéresse toute l’humanité, M. Pallière disciple de l’illustre rabbin italien Elie Benamozegh, a conçu le judaïsme comme un véritable catholicisme qui, sans exclure l’autre, le dépasse, car il groupe autour de lui, en une vivante synthèse, toutes les familles religieuses de la terre.

Pourquoi lire ce livre ? / Commentaires :

« Nous ne pouvons mieux faire que de citer ici quelques lignes d’un célèbre rabbin du XIXe siècle, Elie Benamozegh, qui a exposé cette doctrine de façon à ce qu’on ne puisse se méprendre : « La religion de l’humanité n’est autre que le Noachisme. Voilà la religion conservée par Israël pour être transmise aux gentils. Le noachide est bel et bien dans le giron de la seule église vraiment universelle, fidèle de cette religion comme le Juif en est le prêtre, chargé, ne l’oubliez pas, d’enseigner à l’humanité la religion de ses laïques, comme il est tenu, en ce qui le concerne personnellement, de pratiquer celle de ses prêtres » (Lettres d’Elie Benamozegh citées par Aimé Pallière : Le Sanctuaire Inconnu, Paris, 1926). »

Émission avec Louis-Hubert Remy :

Disponible en PDF ici : http://www.a-c-r-f.com/documents/PALLIERE-Sanctuaire_inconnu.pdf

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s