La France abîmée – Xavier Martin

Publié le Mis à jour le


Titre : La France abîmée – Essai historique sur un sentiment révolutionnaire (1780-1820)

Auteur : Xavier Martin

Date de sortie : 2009 (1ère édition); 2019 (2ème édition)

Résumé / Quatrième de couverture :

La grande Révolution a-t-elle abîmé la France ? Il n’appartient guère à l’historien de se poser une telle question, encore moins d’essayer d’y répondre. En revanche, si les contemporains en ont eu le sentiment, comme ce fut le cas de façon massive, y compris parmi les républicains les plus convaincus, il lui faut en prendre acte, et explorer accessoirement les trop bonnes raisons qu’ils se pouvaient croire de penser ainsi. Ce sentiment inattendu, l’auteur a donc été conduit, selon sa manière déjà éprouvée, à en établir la réalité au prix d’un recours intensif aux sources directes les plus variées. Car les témoignages sont nombreux, abondants, suggestifs, de cette impression pesante et tenace d’une France abîmée : un sentiment qui volontiers a pu aller jusqu’au regret sans équivoque du temps béni d’Ancien Régime, et parfois même – voir l’épilogue très saisissant de cet ouvrage – s’est cru fondé à faire état explicitement d’un lien tangible entre les Lumières et la subversion révolutionnaire des plus hautes valeurs. Le lecteur aura plaisir à retrouver dans cette France abîmée ce qui a fait le succès des livres précédents : originalité des angles d’attaque, surabondance de citations, prudente finesse des conclusions.

Pourquoi lire ce livre ? / Commentaires :

Prix Renaissance 2011.
La grande Révolution a-t-elle abîmé la France ? Les contemporains en ont eu le sentiment, comme ce fut le cas de façon massive, y compris parmi les républicains les plus convaincus. L’auteur de ce livre en explore les raisons invoquées en s’appuyant comme à son habitude sur une multitude de citations puisées dans les sources. Les témoignages sont nombreux, abondants, suggestifs, de cette impression pesante et tenace d’une « France abîmée ».

Fiche de lecture d’Anne Brassié :

« Xavier Martin poursuit son immense quête sur l’histoire et les temps révolutionnaires. Interrogeant tous les documents de l’époque, lettres, mémoires, discours articles de journaux, il lui est apparu que la thématique d’une France abîmée avait propension à s’en dégager comme trait dominant. L’auteur ajoute, un sourire dans les yeux :  « Ceci étant, à Dieu ne plaise qu’on nous impute une intention de suggérer que la nation française eût été abîmée, avilie, dégradée durant la décennie révolutionnaire… Nous voudrions seulement montrer que les contemporains, républicains  inclus, ont eu le sentiment d’un tel avilissement, et tout au plus analyser les justes raisons qu’ils se pouvaient croire de penser ainsi. »

Et ce sentiment d’avilissement est évident chez ceux sur qui s’acharnent les révolutionnaires mais aussi chez ceux qui ont appelé la révolution de tous leurs voeux. La peur, l’accoutumance au sang coulé, la lâcheté, le soupçon généralisé, l’autocensure, l’espionnage sont les premiers degrés de cet avilissement mais il y a plus grave, l’inversion du sens des mots, l’incarcération au nom de la liberté, le meurtre au nom de l’égalité. « Ce qui constitue une République c’est la destruction totale de ce qui lui est opposé. » disait Saint Just. » « Nous pourrons être humains quand nous serons assurés d’être vainqueurs » promet Hérault de Séchelles.

La logorrhée révolutionnaire, les mensonges sidérants éclatent dans ces pages : on est forcé d’être libre, on tue par amour de l’homme. Ceux qu’on extermine ne font pas partie de la nation. Un formidable esprit de revanche s’est abattu sur la France : « Les plus difformes de la bande, explique Chateaubriand, obtenaient de préférence la parole. Les infirmités de l’âme et du corps ont joué un rôle dans nos troubles : l’amour propre en souffrance a fait de grands révolutionnaires. » Marat lui même se plaint. La fille de Diderot dont le père allait s’exclamant que « jamais aucune religion ne fut aussi féconde en crime que le christianisme » en vient à prier : « Puisse le ciel mettre un terme à tous les maux de cette malheureuse France. »

La Harpe a bien compris que l’utopie de la perfection était dangereuse dans « leurs homélies de cannibales en délire » Quand à Madame de Staël, elle conclura cet article : « Ce qui m’est odieux dans la Révolution française c’est le chaos dans lequel elle jette tous les sentiments et toutes les idées.  Je ne sais plus où est le vrai, le beau, le juste. »

A lire de toute urgence en raison de l’originalité de l’approche, de la belle écriture et de l’humour de l’auteur  et un certain avertissement sur notre bel aujourd’hui républicain qui se plaît, lui aussi à éliminer ce qui n’est pas lui… »

Fiche de lecture dans l’Action Française 2000 n°2810 :

Xavier Martin signe son sixième livre : une confrontation avec les idées, les sentiments, les réactions de ceux qui ont provoqué, conduit ou subi la Révolution française. L’ensemble constitue déjà une somme sans équivalent.

Xavier Martin, professeur émérite des Facultés de droit et historien, va recevoir le prix Renaissance ce mercredi 9 février des mains de notre confrère Philippe Maxence, rédacteur en chef de L’Homme Nouveau. C’est un événement, car le destinataire d’une aussi éminente distinction n’est pas « politiquement correct ». Xavier Martin a déjà consacré huit livres à reconsidérer la Révolution et l’esprit des Lumières : sa documentation est gigantesque, ses connaissances juridiques prodigieuses et son sens de la psychologie très affiné, comme nous avons pu à maintes reprises le constater à l’Institut d’Action française où il nous a honoré de brillantes conférences.

Forcés d’être libres

Son dernier ouvrage, La France abîmée, sous-titré Essai historique sur un sentiment révolutionnaire (1789-1820), définit le sentiment à partir de 1789 d’une détérioration institutionnelle mais plus encore mentale et morale. Il s’agit d’un avilissement, d’une dégradation, d’une flétrissure, qui a marqué tous les acteurs, victimes et témoins directs, qu’il laisse abondamment parler, et que le mot démoralisation apparu justement en 1796 rend exactement. Deux ans avant d’être supplicié, le girondin Brissot demandait : « Croyez-vous que le peuple, la masse de la nation soit véritablement aussi dégradée et férocisée qu’elle le paraît ? » Le mythe exalté par Diderot du bon sauvage avait donc fait son temps.

Xavier Martin dit bien que les intentions étaient pures. « Il nous est permis d’espérer que nous commençons l’histoire des hommes », clamait sans rire l’Assemblée constituante. C’était la fuite hors du réel, donc dans l’utopie, qui recomposait le réel en fabrique de bonheur… Ce qui justifiait toutes les violences : du Contrat social où Rousseau disaitde l’individu : « On le forcera d’être libre », à Tureau, exterminateur de la Vendée, qui voulait faire « le bien du peuple malgré le peuple », le contraignant à « savoir être libre », et à Saint-Just se flattant de « ramener tout un chacun sous le joug de la liberté publique », il y a continuité, avec pour seule différence que les hommes de la Révolution payaient bien souvent de leur personne, car il se trouvait toujours d’autres assoiffés de bonheur conçu encore mieux… Qu’importe ! On « régénérait » le peuple, l’extermination de quelques-uns était une nécessité technique.

Vivant plus de dix ans de cette ambiance, on comprend que les esprits fussent profondément marqués. On traquait les pensées et les arrière-pensées, tout le monde soupçonnait tout le monde, l’autosurveillance fonctionnait sans cesse, on avait honte « de paraître soi », « de se ressembler à soi-même », l’oeil de Paris était partout, comme plus tard l’oeil de Moscou…, on vivait sous le règne de la « pensée unique » et de « l’applaudissement obligatoire ». Dès le 20 juin 1789, Martin Dauch, député de Castelnaudary, déclencha la fureur de l’assemblée en refusant de signer le Serment du Jeu de Paume, la liberté commençait plutôt mal… On n’avait pas la conscience tranquille quand l’on croisait, sur une charrette, un condamné à l’échafaud, que l’on faisait semblant de ne pas connaître…

Le bien et le mal confondus

« Tout ce mélange, écrit Xavier Martin, de désarroi, de jouissance frelatée, d’effroi encore mal dissipé, voire sujet tous les jours à renaître, de frivolité, d’une impression d’avilissement, etc, participe d’un brouillage des valeurs, on dirait aujourd’hui d’une perte des repères, perte et brouillage que la violence presque insolite du traumatisme a contribué à perpétrer. » Tous les principes du bien et du mal, d’honneur et de déshonneur, étaient confondus, « et c’est là le tréfonds de la thématique d’une France abîmée » qui s’accompagne d’une « pathologie du langage » qui a frappé les contemporains. Tous les mots de la langue française, à commencer par le mot révolution, furent subvertis : vertu, liberté, vérité, justice, probité, humanité…, plus une foule de mots nouveaux, de dénominations pour désigner les choses et les hommes à la haine du peuple dans des discours de « cannibales en délire ». Quand on pense que c’est dans cette atmosphère encore imprégnée de confusion que l’on entreprit d’écrire en 1804 le code civil…

Le retour du roi

Dans des libres propos publiés par le bulletin de Renaissance des Hommes et des Idées, Xavier Martin demande : « Mais la France même en pouvait-elle sortir indemne ? Aujourd’hui encore il en est qui doutent qu’elle en soit remise. » Oui, nous, entre autres. 200 ans après, les habitudes de falsifier la vérité n’ont point cessé et ce qui est dit dans l’ouvrage de la perte des notions de vérité et de d’erreur, de juste et de faux, de pensée unique…, n’a pas cessé de brouiller les esprits.

La France sera moins abîmée le jour où elle sera remise à l’endroit avec le retour du roi qu’aucun politiquement correct n’empêchera de rétablir une plus grande liberté de la pensée. D’ailleurs sous la Révolution, l’Ancien Régime apparaissait à tous comme « le bon temps », qui possédait assez de défenses naturelles pour permettre la plainte (comme le reconnaissait Marat lui-même) et qui s’éteignit uniquement par un « déficit d’autorité »…

Michel Fromentoux, L’ACTION FRANÇAISE 2000 du 3 au 16 février 2011

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s