La France divisée contre elle-même – Adrien Abauzit

Publié le Mis à jour le


Titre : La France divisée contre elle-même

Auteur : Adrien Abauzit

Date de sortie : 2017

Résumé / Quatrième de couverture :

La France n’est pas seulement en déclin : elle est aussi en pleine décomposition.
Si sa puissance diminue, son essence s’altère à une vitesse plus grande encore.
Plusieurs siècles d’anthropocentrisme ont greffé en son sein une autre nation, qui la phagocyte et tente de se substituer à elle : l’Antifrance, autrement nommée République des Lumières.

Depuis deux cents ans, le camp de l’Antifrance s’attaque à l’anthropologie française dans l’espoir de pouvoir créer un nouvel Adam. La lutte entre les partisans de l’anthropologie républicaine et les partisans de l’anthropologie française est sans merci.
Suite à la révolution de 1944, la partie semblait définitivement terminée. Mais les désastres engendrés par le mondialisme et la formation, grâce à internet, d’une nouvelle opinion publique, viennent bouleverser la donne.

Pourquoi lire ce livre ? / Commentaires :

Fiche de lecture de Médias-Presse-Info :

« Adrien Abauzit est avocat, conférencier et écrivain.

Son nouvel essai politique repose sur la thèse que la décomposition de la France s’explique avant tout par le phagocytage de la France par l’Antifrance. Adrien Abauzit évoque donc l’histoire de France, en débutant à Noël de l’an de grâce 496, lorsque Clovis, roi des Francs, choisit par son baptême donne une destinée nouvelle au regnum Francorum, et en terminant aujourd’hui, avec le règne d’une hyperclasse, qu’il décrit comme née de la vassalisation des élites des grandes puissances mondiales à l’oligarchie anglo-américaine.

L’auteur voit en l’avènement de l’humanisme une révolution anthropocentriste qui va opérer un basculement éclipsant l’ordre traditionnel en mettant l’homme au centre du monde, tandis que Dieu en est exclu. La Réforme et les Lumières poursuivent ce travail d’anthropocentrisme et de marginalisation du christianisme. Par cette dynamique implacable qui débouche sur la Révolution française, les Lumières accouchent de l’Antifrance.

Adrien Abauzit définit l’Antifrance comme un cadre nouveau destiné à faire vivre un peuple nouveau, dont les piliers civilisationnels sont différents de ceux de la France. La déchristianisation fera sauter le pilier religieux, tandis que l’immigration induira la disparition progressive des éléments celtes et greco-latins, le tout, en abolissant le passé de la France, conduisant à éteindre son âme.

Mais l’auteur conclut avec un certain optimisme, mettant en avant le recul du conformisme républicain. Le pays réel peut-il surprendre et bouleverser en profondeur la société actuelle ? Oui, à condition de s’affranchir du logiciel idéologique de la « République des Lumières », de rejeter le mondialisme et de retrouver l’amour de la France et l’amour de Dieu. »

Fiche de lecture d’Arthur Delarbre dans l’Action française 2000 :

« Critique élogieuse d’un livre signé Adrien Abauzit.

Dans un article célèbre publié en 2004 dans Le Figaro, Jean Raspail soutenait que la France avait été « trahie par la République  ». Une fois de plus, l’auteur du prophétique Camp des saints voyait juste  : les «  valeurs  » républicaines ne peuvent s’accommoder de la «  patrie  » française. Seulement, le texte était bien court et pouvait laisser sur sa faim  ; une idée, une formule, mais point de démonstration. Plus d’une décennie plus tard, l’avocat et essayiste Adrien Abauzit s’est chargé de monter le dossier «  France c/ République  ». Et le moins que l’on puisse dire c’est que les preuves sont accablantes.

Soucieux de bien rappeler les faits reprochés à la Gueuse, l’auteur consacre plus des deux tiers de l’ouvrage à des développements historiques souvent inspirés par la lecture d’Augustin Cochin. Il souligne ainsi avec enthousiasme les grandeurs de la monarchie française au Moyen Âge, mais c’est surtout sur la naissance et le triomphe de l’«  Antifrance  » que sa plume s’attarde. La frise est assez simple à suivre  : l’humanisme a tracé la voie vers les Lumières  ; les Lumières ont donné naissance à la Révolution dite «  française  »  ; la Révolution a engendré une nouvelle nation dans la nation. Cette nouvelle nation, qualifiée de «  jacobine  » et dont la gauche politique constitue le sanctuaire, a pour objectif la disparition de l’anthropologie française afin de favoriser l’émergence d’un «  nouvel Adam  » républicain. D’où, par exemple, sa haine profonde pour le maréchal Pétain et son expérience politique contre-révolutionnaire pour lesquels Adrien Abauzit peine à cacher son admiration. D’où surtout, tous les maux qui frappent aujourd’hui la société française  : déchristianisation, américanisation, immigration tiers-mondiste, émigration «  de souche  », incitation au métissage, mémoricide, avortement, etc. «  La France est au bord du précipice  », écrit avec gravité l’avocat  ; «  divisée contre elle-même, éclipsée par l’astre républicain, elle paraît condamnée à poursuivre sa décomposition sans que rien ni personne ne soit en mesure de lui faire quitter les rails du mondialisme  ».

Les réseaux en ligne, instrument de refrancisation

Toutefois, loin de sombrer dans la nostalgie ou le déclinisme, Adrien Abauzit reste plein d’espoir pour l’avenir. Pourquoi  ? En raison de l’émergence d’une «  nouvelle opinion publique  » sur Internet. Face aux contradictions des médias institutionnels, un nombre important de Français, souvent jeunes, utilisent la Toile comme outil de réinformation. Ce faisant, parfois même sans s’en rendre compte, ils prennent conscience de leur identité réelle et de la tartufferie républicaine  ; en un mot  : ils se «  refrancisent  ». Une minorité de ces débranchés de la matrice deviendront des militants politiques. Pour les autres, Adrien Abauzit suggère qu’ils quittent les grandes villes pour vivre à la campagne (ou dans le périurbain) afin de créer une contre-société  ; jusqu’au jour où une jonction se fera naturellement entre ces nouveaux corps intermédiaires et une partie des élites, trop soucieuses de conserver le peu qui leur restera face à la démographie galopante et à l’agressivité de certaines populations.

Bien du chemin a donc été parcouru depuis le précédent ouvrage de l’auteur, Né en 1984, encore teinté d’une certaine dose de républicanisme. Parfois avec humour, toujours avec cohérence, Adrien Abauzit se veut le porte-parole d’une génération sacrifiée et le héraut d’un nationalisme intégral du XXIe siècle  : jeune, lucide, connecté, décomplexé et, plus que jamais, français. »

Extraits :

« Joseph de Maistre affirmait à juste raison que « les nations ont une âme générale et une véritable unité morale ».
S’il fallait définir par une formule concise l’âme générale de la France, nous dirions qu’elle est la rencontre entre la culture gréco-latine, la religion catholique et une anthropologie celte.
Un regard sur notre patrimoine culturel suffit pour mesurer l’éclat de la civilisation française. Des siècles durant, le génie français fut immunisé contre tout dépérissement. Mais contre toute logique, les élites françaises, ainsi qu’une partie du peuple français, ont entrepris sciemment la liquidation de cet héritage.
Comment un logiciel aussi tordu a-t-il pu s’imposer et perdurer ?
Pour saisir les racines de ce processus en apparence suicidaire, il est indispensable de remonter plusieurs siècles en arrière et de comprendre la nature profonde de l’Antifrance. » (Début du chapitre II : Naissance et ascension de l’Antifrance)


« Le peuple français s’organise depuis Clovis pour faire vivre une civilisation dont le socle est constitué de trois piliers : une anthropologie celte, une culture greco-latine et une spiritualité catholique. Pour faire naître le nouvel Adam, l’Antifrance est contrainte d’éteindre l’âme générale de la France, ce qui implique d’abolir le passé par la destruction des trois grands piliers de notre socle civilisationnel.

Le premier pilier à avoir été attaqué est celui de la religion catholique. Rien de plus logique : il était le plus facile à viser et plusieurs siècles d’anthropocentrisme avaient préparé le terrain.

L’Antifrance est une nation nouvelle car elle est un cadre nouveau destiné à faire vivre un peuple nouveau, dont les piliers civilisationnels sont différents de ceux de la France. La déchristianisation fera sauter le pilier religieux, tandis que l’immigration induira la disparition progressive des deux autres piliers. Par phagocytage, l’Antifrance finira par se substituer à la France. Le peuple de la République des Lumières ne sera plus le peuple français mais le peuple jacobin. »


« L’épuration présente tous les signes d’une révolution : changement de paradigme idéologique, liquidation d’une classe sociale, renouvellement de la classe politique, destruction des institutions existantes. Et si l’épuration est une révolution, Charles de Gaulle, par son action acharnée, financée par des avances de fonds du Trésor britannique, est son duc d’Orléans.

La révolution de 1944, à l’instar de celle de 1789, a injecté dans les veines de la France une nouvelle dose de Lumières. Cette nouvelle perfusion a permis de briser les dernières digues d’opposition à l’Antifrance qui restaient dans la société française.

1944 est un 1789-bis. 1944 renforce le mal distillé par la Révolution française, si bien qu’en 1945, la République des Lumières, débarrassée des forces contre-révolutionnaires est plus puissante que jamais. »


Table des matières :

Partie I : La France éclipsée

Chapitre I : La France, son histoire, ses élites 

496-1815
1815-1870
Le cas Clémenceau
Qui sont les élites françaises ?
Peuple souverain, élites et réseaux
Le nouvel organigramme
Du choc des oligarchies à l’hyperclasse

Chapitre II : Naissance et ascension de l’Antifrance

Le renversement de la civilisation
Fomentation de l’humanisme
Descartes roi
Les Lumières : un homme nouveau pour rompre avec l’ordre naturel
Le suicide de la noblesse française
La consécration de la République des Lumières
Le concordat : reculer pour mieux sauter
IIIème République : l’Antifrance repart à l’offensive
L’Antifrance : une nouvelle nation pour un nouveau peuple
L’Antifrance en action : phagocytage de la France et décomposition de la société
La gauche est le sanctuaire de l’Antifrance
Elites et idées nouvelles

Chapitre III : Réquisitoire contre soixante-dix ans de mensonges

De la percée de Sedan à Mers el-Kébir
La diplomatie anti-Axe du maréchal Pétain
La résistance naît à Vichy
Pétain, Darlan, Weygand : trois épées françaises
Question juive, STO, LVF et Milice
Ce que l’Antifrance ne pardonne pas à Pétain
La révolution de 1944

Chapitre IV : La Vème République ou le paroxysme de la défrancisation

Les élites françaises se rallient au mondialisme anglo-américain
La destruction méthodique de l’identité de la France
La jacobinisation du peuple français
La pire période de l’histoire de France en temps de paix
Les Français sont responsables de leurs malheurs

Partie II : La nouvelle opinion publique

Chapitre I : Le conformisme républicain

Contenu, rôle et expansion du conformisme républicain
Internet, la nouvelle imprimerie

Chapitre II : Genèse et portrait de la nouvelle opinion publique

La demande
L’offre
Caractéristiques de la nouvelle opinion publique
Audience et influence
La contre-offensive du système
Refrancisation et recul du conformisme républicain

Chapitre III : Sommes-nous en 1788 ?

Points communs entre nouvelle opinion publique et sociétés de pensée
Un embryon de société

Chapitre IV : Pays français contre sous-société

Processus de changement de pouvoir
Sortir de l’inertie
Vers le pays français
Provoquer la division des élites ou se relever des ruines

CONCLUSION : Personne ne sauvera la France malgré elle

Vidéo :

 

Une réflexion au sujet de « La France divisée contre elle-même – Adrien Abauzit »

    Valère a dit:
    1 mars 2019 à 17:30

    Je connais Me Abauzit par plusieurs de ses vidéos. Sans vouloir être le pessimiste qui ne discerne que les défauts sans jamais voir les qualités, j’espère pouvoir me permettre de souligner les limites de son propos (car personne n’est parfait, donc chacun a des limites).

    Me Abauzit dénonce l’américanisation mais admire exagérément le maréchal Pétain, pourtant pro-américain, comme le généralissime Weygand qu’il admire aussi. Où est sa cohérence ?

    Me Abauzit se réfère au franc-maçon Joseph de Maistre. Certes, il y a du vrai chez quiconque, mais c’est insolite à mes yeux – chacun en jugera selon ce qu’il sait.

    Me Abauzit croit que l’apostasie du Vatican remonte à Vatican II et en conséquence se réfère régulièrement à Pie XI et à Pie XII, qui pourtant rejetaient l’enseignement de l’Église des siècles précédents, et donc étaient de flamboyants hérétiques, en plus d’être eux aussi pro-américains. Comment expliquer cette ahurissante contradiction ?

    Merci de me donner votre point de vue ; et si mes reproches à son égard vous paraissent injustifiés, je le étayerai volontiers, bien qu’ils me paraissent fondés sur des raisons évidentes.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s