La crise de la conscience européenne – Paul Hazard

Publié le


Titre : La crise de la conscience européenne, 1680-1715

Auteur : Paul Hazard

Date de sortie : 1935

Résumé / Quatrième de couverture :

« La majorité des Français pensait comme Bossuet ; tout d’un coup, les Français pensent comme Voltaire : c’est une révolution », écrivait Paul Hazard dans ce livre désormais classique. De 1680 à 1715 s’affrontent en effet les idées les plus contradictoires et les plus puissantes. L’ordre classique, qui avait repris force après la Renaissance, paraissait éternel. Or, vers 1680, tout se met à bouger. Un air extérieur semble souffler dans le solennel édifice; des esprits ont l’audace de prétendre que les Modernes valent bien les Anciens, que le progrès doit l’emporter sur la tradition, la science sur la foi. « Il s’agissait de savoir si l’humanité continuerait sa route en se fiant aux mêmes guides ou si des chefs nouveaux lui feraient volte-face pour la conduire vers d’autres terres promises. »

Une époque charnière donc, où l’esprit de doute surgit partout. Le goût des récits de voyage élargit les horizons et ébranle les certitudes acquises; on discute de la Bible, de l’authenticité des textes sacrés, des mystères; les libres penseurs font la guerre à la tradition; on parle de religion naturelle, de mort naturelle, de droit naturel, on rêve d’une ère de bonheur terrestre fondée sur la raison et sur la science, les philosophes prônent la tolérance. C’est ce formidable bouillonnement d’idées et d’hommes que décrit Paul Hazard, retraçant ici en quelque sorte l’histoire des origines de l’Europe contemporaine.

Pourquoi lire ce livre ? / Commentaires :

Fiche de lecture de la Revue des cercles d’études d’Angers (n° 3, décembre 1961) :

« Les dates fournissent la trame. « Entre 1680 et 1715, s’étend une zone d’apparence confuse, mais dont l’importance est capitale dans l’histoire intellectuelle et sociale, parce qu’à ce moment s’affrontent les idées les plus contradictoires et les plus puissantes. » C’est le prélude au « Siècle des Lumières ». Lutte des idées nouvelles contre la tradition ; substitution de l’abstrait et du mathématique aux conceptions vivantes et à cet empirisme du bon sens sur lequel le monde jusqu’alors a vécu ; prédominance de l’instinct sur la raison. Les valeurs sociales, familiales, politiques, religieuses, sont mises en question. Comment s’est fait le passage ? A travers quels hommes et quelles œuvres, et dans quelles conjonctures d’histoire ? Voici ce que ces pages démontrent. Rien ne s’est fait tout seul. Nous savons bien en outre que de cette « révolution » – avant l’autre – et qui en fut la condition – nous portons le contre-coup. Les événements de notre temps, jusqu’aux slogans dont nous nous repaissons comme de postulats sans appel, trouvent là leur origine. La crise n’est plus seulement européenne, elle est mondiale ; mais, de cette crise, l’Europe, et très spécialement la France portent une part très large de responsabilité. »

Table des matières :

Les grands changements psychologiques
De la stabilité au mouvement
De l’Ancien au Moderne
Du Midi au Nord
Hétérodoxie
Contre les croyances traditionnelles
Les rationaux
La négation du miracle, les comètes, les oracles et les sorciers
Bossuet et ses combats
Leibniz et la fiabilité de l’Union des églises
Essai de reconstruction
L’empirisme de Locke
Le Déisme et la religion naturelle
Le droit naturel
La morale sociale
Le bonheur sur la Terre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s