Les dictateurs – Jacques Bainville

Publié le


les-dictateurs-jacques-bainville

Titre : Les dictateurs

Auteur : Jacques Bainville

Date de sortie : 1935

Résumé / Quatrième de couverture :

Après des études au lycée Henri IV, à la faculté de Droit de Paris et un passage à La Gazette de France, Jacques Bainville (1879-1936) devient, en 1908, le responsable de la rubrique de politique étrangère au quotidien l’Action française, qu’il détiendra jusqu’à sa mort.
En 1935, il est élu à l’Académie française. Journaliste et historien politique français, il était un grand spécialiste des affaires allemandes au début de ce siècle.
La justesse de ses analyses fit de sa chronique une des plus appréciées. Elle était lue avec attention même par les milieux républicains.
Cet ouvrage, écrit en 1934, est une analyse psychologique des hommes et des peuples afin de saisir les différents caractères des dictateurs. Cette analyse a permis à ses contemporains, à la veille de la seconde guerre mondiale, d‘établir des parallèles entre leur propre époque et les expériences des temps passés.
L‘auteur décrit les événements en analysant leurs causes et leurs conséquences avec une grande clarté considérant que les régimes ne sont jugés qu‘à leurs résultats.
Pour Bainville, ce qui importe le plus à la clarté des événements « c’est d’exposer les motifs et les intentions des hommes qui conduisent les grandes affaires ». C’est un peu le « politique d’abord ».

Pourquoi lire ce livre ? / Commentaires :

« La dictature est comme beaucoup de choses. Elle peut être la meilleures ou la pire des formes de gouvernement. Il y a d’excellentes dictatures. Il y en a de détestables. Bonnes ou mauvaises, il arrive d’ailleurs le plus souvent qu’elles soient imposées par les circonstances ». Un panorama très complet, de l’antiquité à 1935, des dictatures dans l’histoire du monde.

Aucune dictature n’est oubliée qu’elle soit de « droite » ou de « gauche » avec de beaux portraits de dictateurs qui, suite à la maladie qui mine Jacques Bainville, sont confiés à de jeunes écrivains comme Brasillach pour les chapitres sur Robespierre, Atatürk, l’Amérique latine ou Hitler, et Rebatet pour ceux consacrés à Staline, Lénine et Salazar.

Un livre essentiel et qui sort résolument du « politiquement correct » d’aujourd’hui par son objectivité et sa pondération.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s