La démocratie peut-elle devenir totalitaire ? – Collectif

Publié le


la-democratie-peut-elle-devenir-totalitaire-collectif

Titre : La démocratie peut-elle devenir totalitaire ?

Auteur : Collectif (Renaissance Catholique)

Date de sortie : 2012

Résumé / Quatrième de couverture :

La démocratie peut-elle devenir totalitaire ? Cette association de mots semble antinomique et paraîtra presque blasphématoire à certains. Mais au-delà des mots et des principes vertueux, il y a les idéologies et les faits : le phénomène qui voit les démocraties modernes s’ingérer toujours plus dans des domaines qui échappaient traditionnellement à l’Etat. Institutionnaliser une nouvelle morale. Tenter de déplacer les limites du bien et du mal.

Que la démocratie puisse devenir totalitaire cela est-il soupçonnable en scrutant son essence et ses textes fondateurs ? Qu’en était-il dans la démocratie athénienne ? Avant les Lumières, les hommes vivaient-ils libres ou soumis au joug d’effroyables tyrannies ? Depuis la Révolution et l’avènement des droits démocratiques, quel regard de sagesse l’Eglise porte-t-elle sur la démocratie, comme régime politique et comme idéal ?

Historiens, universitaires, philosophes, journalistes, hommes de sciences et de convictions, onze intervenants apportent chacun, dans ce livre, l’éclairage de sa spécialité et de son travail de recherche. Pour une vision réaliste de constructions intellectuelles pensées dès l’origine comme des outils de déconstruction de nos sociétés naturelles. Celles-ci peuvent-elles résister et comment y contribuer ?

Pourquoi lire ce livre ? / Commentaires :

Actes de la 17e Université d’été de Renaissance Catholique tenue en 2008.

Fiche de lecture de Michel De Jaeghere :

« Le totalitarisme ne se caractérise pas essentiellement par la violence, la privation des libertés formelles (celles de parler, d’aller et venir), le rejet des procédures électives. Il y a des élections en Chine. Il y en avait en Union soviétique. Le totalitarisme se définit, comme son nom l’indique, par la prétention de l’État à régenter tout : la vie sociale, économique, spirituelle tout autant que la vie politique. Il peut le faire par la violence ou par la persuasion, le lavage de cerveau, la douceur apparente. Ce qui le caractérise, ce n’est pas l’absence d’élections pour la désignation des dirigeants ; ce n’est pas non plus la violence policière. C’est la contestation de toute liberté intérieure, l’idée qu’il n’y a rien au-dessus de l’autorité de l’État – ni autorité supérieure, ni principe transcendant – qui justifierait que la personne, la famille, la communauté professionnelle refusent une soumission inconditionnelle et totale, qu’elles se réclament d’un ordre, d’une autorité, de principes, de traditions sur lesquels l’État n’aurait pas de prise. Le totalitarisme ce n’est pas le règne de la police (qui peut dans tout État commettre des abus). C’est la prétention de l’État à régner sur les âmes elles-mêmes.

Ce totalitarisme s’est montré à nous dans le nazisme et le communisme sous son visage violent, brutal, criminel. Cela a pu conduire à le confondre avec la dictature. Or il y a eu dans l’histoire nombre de régimes de force, qui ne tiraient pas leur origine d’une élection régulière et pratiquaient à l’égard de leurs opposants une répression policière peu soucieuse de la liberté d’expression – ce qui a conduit à les définir comme des dictatures – sans pour autant qu’on puisse les considérer comme totalitaires, dans la mesure où ils ne visaient en aucune manière à régir les consciences non plus qu’à assujettir les familles, l’Église ou les corps intermédiaires (la cité, la profession, l’entreprise), mais seulement à imposer la suprématie de l’État dans son propre domaine, celui des fonctions régaliennes (la police, la justice, la diplomatie et la guerre). »

Table des matières :

D’une démocratie à l’autre

Démocratie athénienne et démocratie moderne , Michel De Jaeghere
Les libertés dans l’ancienne France , Jacques Trémolet de Villers
1789-1945 : l’hégémonie démocratique , Philippe Conrad
Les fondements de la démocratie moderne , Maxence Hecquard
L’Église et la démocratie de Pie VI à Benoît XVI , Jean-Pierre Maugendre

Le totalitarisme démocratique

L’individualisme totalitaire , Martin Dauch
La tyrannie de la consommation , Michel Sarlon-Malassert
Les ravages de la culture de mort , Xavier Dor
La tyrannie médiatique , Frédéric Malaval
La police de la pensée , Henry de Lesquen
Qui gouverne en démocratie ? , Bruno Gollnisch

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s