La Croix, les lys et la peine des hommes – Xavier Vallat

Publié le


la-croix-les-lys-et-la-peine-des-hommes-xavier-vallat

Titre : La Croix, les lys et la peine des hommes

Auteur : Xavier Vallat

Date de sortie : 1960

Résumé / Quatrième de couverture :

Des hommes politiques appartenant à la droite nationale, pour la plupart royalistes, et qui puisaient leur doctrine sociale dans leur foi chrétienne, en parfait accord avec les encycliques pontificales, ont, aux débuts de l’ère industrielle, préconisés des réformes profondes pour rendre la condition ouvrière plus humaine et plus juste. Ce livre est leur histoire.

Pourquoi lire ce livre ? / Commentaires :

La question sociale doit-elle inévitablement se poser en termes de conflit entre le libéralisme effréné et le socialisme qui, tôt ou tard débouche sur la lutte des classes ? On nous a trop longtemps menti, il faut dire la vérité. Elle est différente de ce que beaucoup pense. Ce livre rétabli la vérité historique et rend hommage à ces hommes de bien qui ont, contre vents et marées, lutté pour le bien des ouvriers au nom de la doctrine sociale de l’Église.

L’ouvrage de Xavier Vallat leur rend justice et rétablit la vérité sur un point fondamental qui veut que, dans l’esprit du grand public subverti par les « intellectuels progressistes », l’Église est, et à toujours été du coté des riches. L’auteur nous démontre, par l’exemple, que cela est faux.

Réédité en 1973 sous le titre « La droite française à la pointe du combat social » avec cette description :

« Dans tout le cours du XIXe siècle, qui fut celui de l’industrialisation, le monde ouvrier n’a cessé de se sentir de plus en plus asservi à la machine, instrument de production.

Les libéraux comme les tenant de l’individualisme économique rejoignaient dans leurs théories les conservateurs et préfiguraient l’inhumaine condition ouvrière du XIXe siècle.

Contrairement à l’opinion couramment répandue de nos jours, des hommes de jugement sûr ont, dès la Restauration, préconisé une « participation » de tous à l’entreprise. L’homme dans sa famille, l’homme dans sa profession, l’homme dans la société, tels étaient les thèmes majeurs de l’activité déployée par ceux que l’on appelle les « catholiques sociaux » qui durent au nom du bien commun, lutter contre le libéralisme égoïste et les démocrates populaires, ces idéologues sans efficacité. Sociologues, économistes, industriels, administrateurs ou parlementaires, ils furent les précurseurs et les premiers moteurs du progrès social intégré à la vie nationale.

Monarchistes, combattant les thèses utopiques des socialistes englués dans la lutte des classes et des conservateurs souvent voltairiens, limités à l’usage de la répression, ils ont établi les bases d’une société juste et humaine.

De Villeneuve-Bargemont et Armand de Melun à La Tour du Pin et son inlassable équipe, ils méritent d’être connus autrement que par ouï-dire.

L’ouvrage de Xavier Vallat constitue une documentation précise et riche, rédigée d’une plume alerte avec la sérénité d’un homme qui a consacré sa vie au progrès social et politique en dehors de tout part-pris démocratique et démagogique. »

Vidéos sur le sujet :

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s