Le cosmopolitisme ou la France – Pierre Milloz

Publié le Mis à jour le


Le cosmopolitisme ou la France - Pierre Milloz

Titre : Le cosmopolitisme ou la France – L’idéologie cosmopolite, voilà l’ennemi

Auteur : Pierre Milloz

Date de sortie : 2011

Résumé / Quatrième de couverture :

Le cosmopolitisme est en train de tuer la France. Il ne triomphe pourtant que depuis peu.

Des origines jusqu’à ces dernières années en effet, il n’est pas un de nos régimes politiques qui, dans son action sinon dans ses discours, ne l’ait dédaigné. Tous sans exception, monarchies, républiques, empires ont, avec une constance sans faille, affirmé l’identité française face au monde extérieur.

Tout a changé à partir des années 1970. Le cosmopolitisme et son dérivé économique: le libre-échangisme mondial ont imposé un système de valeur inverse de celui qui prédominait jusqu’alors. Désormais l’objectif de l’action politique n’est plus en premier lieu l’intérêt national, il est plutôt d’estomper l’identité française jusqu’à ce que le pays puisse se fondre dans l’humanité.

Retraçant l’histoire de France de ce point de vue, ce livre montre le drame mortel que vit aujourd’hui notre pays. Il s’interroge alors sur ce qu’apporte à la condition humaine la volonté cosmopolite de déraciner l’homme, de dépersonnaliser ses appartenances, ses actions altruistes, ses créations artistiques. Et il conclut que cette entreprise de déracinement est vouée à l’échec tant il lui faut affronter la nature même des choses. Encore faut-il que les politiques ne la stimulent point.

L’auteur, diplômé de Sciences Po Paris, docteur en droit, est ancien élève de l’ENA. Actuellement inspecteur général honoraire du ministère de l’industrie, il a déjà publié plusieurs ouvrages qui lui ont valu d’être couronné par la Chancellerie des universités de Paris (prix Paul Deschanel) et à deux reprises par l’Institut de France (prix René Cassin et prix Lucien Dupont de l’Académie des Sciences morales et politiques).

Pourquoi lire ce livre ? / Commentaires :

Fiche de lecture de Polémia :

Tel est le titre du dernier livre publié par Pierre Milloz, qui fut l’auteur du fameux rapport sur le coût de l’immigration, le premier du genre. Cette fois cet auteur traite un sujet plus vaste. Il montre que la Ve République, rompant avec la ligne suivie par tous les régimes qui l’ont précédée, n’a pas pour politique d’affirmer la personnalité française face au monde extérieur. Depuis les années 1970, ses gouvernants successifs s’efforcent au contraire, au nom de l’idéologie cosmopolite et de la fraternité universelle, d’estomper cette personnalité française, comme si son objectif était de fondre le pays dans l’humanité.

La préférence nationale : une évidence de la monarchie et de la République

La manière dont elle a éliminé la notion de « préférence nationale » est révélatrice. De tous temps, dans tous les pays, il a paru naturel de favoriser les nationaux par rapport aux étrangers. En France une telle préférence a toujours existé.

Elle portait sur les droits politiques qui étaient tout naturellement réservés aux Français.

Elle portait aussi sur les droits civils. On n’évoquera ici que l’un des exemples cités par P. Milloz. celui de l’article 11 du Code Civil. Cet article est très intéressant car il pose explicitement le principe de la préférence nationale : il n’accorde à l’étranger d’autres droits civils que ceux dont, en vertu d’un traité, peut jouir le Français dans la nation dont relève le dit étranger. Autrement dit, en l’absence de réciprocité diplomatique, le Code Civil dénie tout droit civil à l’étranger.

La préférence portait enfin sur les droits publics et semi-publics (droit d’aller et venir, de travailler, de participer à la vie sociale etc. comme les nationaux). L’auteur fait ici un inventaire des innombrables textes qui depuis le XIVe siècle se sont succédé pour maintenir les étrangers dans une situation minorée (et surtout pendant la Révolution et la IIIe République).

Après 1945 l’idée cosmopolite a commencé à s’imposer

Or après 1945 l’idée cosmopolite a commencé à s’imposer. Dès 1948, la Cour de Cassation donnait de l’article 11 du Code Civil une interprétation qui revenait à l’abroger puisqu’elle décidait contre la lettre même du texte qu’ « il est de principe que les étrangers jouissent en France des droits qui ne leur sont pas spécialement refusés ».

Dans le domaine des droits publics, le retournement fut plus grave car il touche à l’âme de la Nation : en 1972 intervenait la loi Pleven, présentée comme une loi antiraciste, mais qui, sous prétexte de prohiber les discriminations, assimile le patriotisme au racisme et interdit de distinguer entre un Français et un étranger. Or interdire de distinguer entre les membres et les non-membres d’un groupement, supprimer la frontière entre le dedans et le dehors, confondre l’intérieur et l’extérieur, c’est condamner le groupement à se dissoudre dans le monde. Et en attendant la France est un pays où préférer un compatriote est un délit qui vous conduit en correctionnelle !

En matière de droits politiques aussi, le principe de la préférence nationale fut abandonné et c’était la première fois dans notre histoire : les étrangers citoyens d’un Etat de l’UE et résidant en France participent depuis 1992 à l’élection de certains de nos parlementaires (directement pour le Parlement européen, indirectement pour le Sénat).

Abandon des politiques démographiques et naturalisations massives

P. Milloz montre aussi que cette volonté de dissoudre la spécificité française s’est manifestée dans les domaines de la démographie et de la nationalité.

Le vieillissement de la population française appelait dès la fin du XIXe siècle un effort de redressement auquel la IIIè République ne se consacra qu’en 1939 avec le Code de la famille. Ce Code dont les ambitions natalistes étaient avérées eut dans les 15 années qui suivirent la fin de la guerre des résultats remarquables. Malheureusement la Ve République en affaiblit la vigueur dès les années 1960 : le pourcentage des prestations familiales sur le PIB qui était de 3,4% en 1950 était descendu à 2,2 en 1970 et à 1,9 en 2002, soit une diminution de 45%.

Renonçant donc à la politique énergique du Code de la Famille, nos gouvernants s’efforcent de combler notre déficit démographique en se tournant vers l’étranger. La politique des naturalisations en est une première manifestation. Limitées autrefois à quelques unités (Ancien Régime) ou à quelques milliers (débuts de la IIIè République), les naturalisations furent multipliées de 1927 à 1939 : on atteignit alors le chiffre de 50.000 par an que le régime de Vichy, qui en avait entrepris un examen rétroactif, entérina pour 97%. De 1945 à 1981, les gouvernements s’en tinrent au même ordre de grandeur. La présidence Mitterrand accrut un peu ce chiffre qu’elle porta à 62000 par an. Mais ce sont les présidences de Jacques Chirac qui bouleversèrent les données du sujet puisque la moyenne annuelle fut portée à 132.000 (avec des pointes à 168.000 en 2004 et 155.000 en 2005), soit trois fois et demi le chiffre du général de Gaulle, plus du double de celui de Mitterrand. Immigration de peuplement et « intégration »

L’accueil fait à l’immigration actuelle est une autre manière d’atténuer la spécificité française. M. Milloz montre que le mot immigration couvre des réalités différentes. La France avait affaire avant la guerre à une immigration de travail où les femmes ne représentaient qu’une minorité, d’un effectif modéré et comprenant des populations de culture et de religion voisines des nôtres. Autant d’atouts propres à favoriser l’assimilation des arrivants.

Aujourd’hui il s’agit au contraire d’une immigration de peuplement où les femmes font la moitié des arrivants, dont les entrées annuelles atteignent le double de celles d’avant-guerre et dont la proximité culturelle ethnique et religieuse est faible. Et surtout on peut dire qu’il s’agit d’un de ces mouvements tectoniques de populations comme il s’en produit dans l’histoire de l’humanité. Comme on a vu les Germains poussés par les Asiatiques menacer Rome ou les Européens déferler sur les Amériques, on voit aujourd’hui le continent africain très peuplé et relativement pauvre chercher tout naturellement dans une Europe peu peuplée un espace de vie meilleure. Il appartiendrait aux Européens d’aider l’Afrique à se développer jusqu’à éliminer la tentation du départ.

Mais l’idée cosmopolite refuse cette analyse. Elle prétend interpréter l’immigration des quarante dernières années comme elle interprétait les modestes arrivées de Belges, d’Italiens, de Polonais et elle entend l’encourager : le décret Chirac de 1976 instituant le droit au regroupement familial est de ce point de vue symbolique d’une politique cosmopolite de l’immigration.

C’est une politique qui ne prétend même plus rechercher l’assimilation des arrivants et souhaite seulement leur « intégration », sans jamais clairement définir cette notion et qui a pour ligne directrice d’accepter la submersion progressive de la population ancienne par une population nouvelle et la substitution future de la seconde à la première : il apparaît que d’ores et déjà les immigrés, seconde génération comprise, représentent quelque 20% de la population résidente.

L’idéologie cosmopolite : libérer l’homme en l’arrachant à son enracinement

Quelle est donc l’ultima ratio de cette idéologie cosmopolite ? Selon P. Milloz, le cosmopolitisme n’a pas spécifiquement la nation comme objectif, il ne l’atteint qu’au titre d’une ambition plus large. Il veut libérer l’homme en l’arrachant à son enracinement, en l’extrayant de son clan, en le soustrayant aux impératifs des traditions et des normes reçues des générations antérieures. Il appelle l’homme à mettre en valeur ce qu’il a de commun avec ses semblables et qui fait sa singularité et sa noblesse dans la création : sa capacité de jugement, la liberté qu’il a d’échapper aux programmes dont il est porteur. Pour jouir de cette liberté, il lui faut échapper à la diversité des usages, notamment nationaux, et ainsi atteindre à l’universel.

Quoi qu’il en dise, le cosmopolitisme vise ainsi une dépersonnalisation de la société des hommes : la nation n’est pas seule visée par cette pensée, le sont aussi bien d’autres aspects de l’activité humaine. P. Milloz montre notamment comment l’idée cosmopolite peut influer sur la création artistique (musique, architecture, peinture) en la privant de tout enracinement et en la portant à l’abstraction.

Cette forme de pensée, si on revient à l’organisation sociale, a pour objectif fondamental d’obtenir le déracinement (qu’elle estime libérateur) de l’homme en rompant le lien de filiation ou plus exactement en contestant la signification que l’humanité attribue depuis ses origines à ce lien, c’est à dire en brisant la solidarité entre les générations. P. Milloz cite entre autres une phrase d’un conseiller de l’actuel président de la République très représentative de ce courant de pensée et qui contribue à expliquer l’évolution de la politique de la France depuis une quarantaine d’années : « En République, la filiation est juridique et non biologique ».

L’ouvrage de P. Milloz original par ses recherches historiques l’est donc aussi par le souci d’expliquer la politique contemporaine par une analyse de la philosophie cosmopolite.

Guillaume Bénec’h
27/02/2012


Texte de Pierre Milloz sur Polémia :

Les années 1970 marquent une fracture spectaculaire dans notre histoire : en un millénaire, jamais un régime n’avait, comme l’a fait celui des quarante dernières années, sacrifié la France à une idéologie. Cette idéologie, c’est le cosmopolitisme voulu, avec la complicité des élites françaises, par la superclasse mondiale et l’empire américain : un cosmopolitisme qui livre depuis quarante ans une guerre sans merci à la nation, la famille, l’éducation, la langue, la religion ; une idéologie qu’il faut dénoncer comme telle et combattre sans faux semblant. Un texte lumineux de Pierre Milloz.

La manière dont la France est gouvernée depuis une quarantaine d’années l’efface peu à peu de la scène de l’histoire universelle. Ses dirigeants ont cessé de poursuivre prioritairement ce qui aurait dû être leur objectif majeur : l’identité, le rayonnement, la pérennité de la nation dont ils ont la charge. Ils ont, au contraire, donné la priorité à des mesures tendant à mettre en œuvre une idéologie peu compatible avec cet objectif : le cosmopolitisme.

Il s’agit d’une idéologie fort ancienne, qui revêt aujourd’hui un caractère semi-religieux, qui a ses croyants et ses « mécréants » (au sens étymologique du terme). Certes, elle n’a pas l’ambition d’expliquer le monde et elle ne promet aucun au-delà. Mais elle prétend offrir à l’homme un destin, un idéal terrestre.

Elle lui propose en effet de travailler à créer un univers rénové, où les hommes pourront se réunir sur toute la surface du globe comme une seule famille, en une vaste communauté éprise de paix, fraternelle et égalitaire, où l’amour de l’ «autre» s’épanouira, où sera prohibée toute forme de domination et de discrimination et au sein de laquelle l’homme pourra enfin pleinement exercer cette faculté qui est propre à son espèce : la liberté (*).

Détruire les traditions par la contrainte

Pour accéder à ce nirvana, évidemment fondé sur la foi en la bonté de l’homme et sur la négation du péché originel, le croyant cosmopolite ne se dissimule pas qu’il faudra bien des combats. C’est qu’en effet les « mécréants » constituent pour le moment l’immense majorité de l’humanité. Peu convaincus de la bonté essentielle de l’homme, ils estiment que ce projet grandiose n’est qu’une utopie dangereuse. Pour eux, la société est forcément fondée sur des valeurs et des traditions établies sur des réalités. Ils constatent notamment que l’affectivité se porte davantage vers les proches (nation, terroir, famille, amis) que vers l’ « autre »; que l’humanité  est divisée en groupes homogènes (nations, tribus, ethnies) dotés de leurs propres langues et plus portés à s’affirmer qu’à fusionner ; que l’homme doit voir sa liberté encadrée pour que soient régulés ses penchants et instincts mauvais (Etat, famille, école, religion). Autant dire que ces valeurs et traditions, attachées à ces réalités, sont incompatibles avec le grand dessein.

Pourtant elles ne sont pas figées, elles pourraient évoluer dans le sens souhaité par le cosmopolite, surtout s’il y aidait. Mais non, il préfère les détruire et faire place nette. Pour lui, en effet, elles ne sont en rien nécessitées par la nature des choses et elles ne sont qu’inadmissibles artifices imposés par les conventions sociales. L’intérêt de l’homme est donc de les éliminer pour ouvrir le chemin du but ultime, pour s’affranchir des contraintes qu’elles lui imposent et accéder enfin à la Liberté. Pour obtenir ce résultat, le cosmopolite est prêt, si la persuasion ne suffit pas, à contraindre le « mécréant » : « On le forcera d’être libre », disait déjà Rousseau. Ainsi le « croyant » exprime-t-il une foi ardente et quasi religieuse qui le porte à estimer que toute initiative tendant à approcher de l’apothéose est morale et légitime puisqu’elle tend au Bien.

Un « pacte républicain » d’inspiration cosmopolite…

C’est avec cette idéologie en arrière-plan que la France est gouvernée depuis une quarantaine d’années : des partis politiques, ne s’opposant que sur l’accessoire, se sont coalisés sous le nom usurpé de « pacte républicain » pour exercer à tour de rôle le même pouvoir d’inspiration cosmopolite. Et un effort gigantesque de prosélytisme a été consenti. Les dignitaires n’ont cessé de noyer leur cosmopolitisme sous une logorrhée ruisselante de noblesse vertueuse  : tolérance, égalité, ouverture au monde, accueil affectueux de l’ « autre », fraternité fusionnelle, antiracisme, renonciation généreuse aux prérogatives nationales, altruisme, octroi à l’ « autre » de privilèges, pénitence pour expier les inexpiables « dominations » dont la France se rendit coupable, désintéressement, etc., autant de qualités que les religions prêchent (souvent en vain) aux individus et qui ont prévalu dans un domaine où elles n’ont que faire : la gestion de l’Etat.

…servi par le clergé médiatique

Parallèlement le clergé médiatique a répandu la bonne parole et le catéchisme avec une insistance et une mauvaise foi qui rappellent les propagandes d’un passé récent et il a systématiquement renvoyé les blasphémateurs, les pécheurs et les mécréants (au sens courant du mot, cette fois) dans l’enfer diabolique du Mal où il les voue à retrouver Hitler, le nazisme, le fascisme, le racisme et quelques autres. Ainsi a été obtenu l’acquiescement au moins apparent du peuple français à une politique d’inspiration cosmopolite.

Or celle-ci a été menée, de Georges Pompidou à François Hollande, avec une constance et une cohérence qui permettent de récuser la fable selon laquelle la « gauche » mènerait l’opération et la « droite », quoique hostile, ne l’entérinerait que par faiblesse : l’analyse de l’action politique de ces quarante dernières années prouve, au contraire, on va le voir, que c’est une conviction commune qui anime les uns et les autres.

La nation, cible principale des cosmopolites

La nation (on négligera ici la distinction classique entre la nation et l’Etat) est le symbole parfait de ces groupements qui divisent l’humanité : à ce titre le cosmopolite ne lui accorde aucune sollicitude particulière. La nation française a donc été sa cible principale depuis plus de quarante ans.

  •  – Son existence est menacée par la loi Pleven qui est fondamentale, car elle donna le coup d’envoi du cosmopolitisme en France. Votée à l’unanimité par l’Assemblée nationale, elle introduisait dans le droit français cette aberration qui sape les fondations même de la nation : au nom de l’égalité et de la non-discrimination, elle interdit de distinguer entre un Français et un étranger (1972, Pompidou, président de la République, Chaban-Delmas, premier ministre). La loi Gayssot (1990, Mitterrand/Rocard)confirmera.
  •  – Son aisance financière fut amputée par la quasi-interdiction faite à la Banque de France de consentir des avances à l’Etat, à taux nul ou réduit (loi du 3 janvier 1973, Pompidou/Chaban-Delmas).
  •  – Son identité est compromise par une immigration-submersion que favorise décisivement le « regroupement familial »(décret du 29 avril 1976, Giscard d’Estaing/Chirac). Lorsque les immigrés et leurs descendants atteignent 20% de la population totale, que les mosquées se multiplient sur le territoire français et qu’un rapport officiel propose d’assumer la « dimension arabo-orientale de la France », c’est qu’un nouveau personnage s’installe sur l’ « Hexagone ». Tous les gouvernements sans exception y ont, depuis quarante ans, contribué, au nom de l’ouverture à l’autre, de la non-discrimination et de l’égalité.
  •  – Sa souveraineté est lourdement entamée et même parfois supprimée, qu’elle soit politique (Traité de Maastricht, 7 février 1992, substituant l’UE aux organismes de coopération économique préexistants, Mitterrand/Rocard), budgétaire(accord du 9 décembre 2011 accordant à la Commission de l’UE un droit de regard sur les budgets des Etats-membres, Sarkozy/Fillon), monétaire (9 mai 1998, création de l’euro et disparition de la monnaie nationale, Chirac/Jospin),ou militaire (7 novembre 2007, réintégration dans les structures de l’OTAN, Sarkozy/Fillon).

La langue, deuxième cible des cosmopolites

La langue. La diversité des langues, parmi lesquelles la langue française, est un autre facteur de division de l’humanité. Pas plus que la nation, la langue française ne mérite donc de sollicitude. Pourtant, face à l’invasion et à la mondialisation de l’anglais, vecteur culturel de l’impérialisme américain, elle a besoin du soutien des pouvoirs publics. Or ceux-ci favorisent l’anglais. Cet ancien ministre socialistepouvait écrire en 2006, dans un chapitre intitulé « L’anglais, avenir de la francophonie »  : « La langue française n’est pas indispensable : le monde a bien vécu sans elle (…) si elle devait céder la place, ce serait à des langues mieux adaptées… etc. », avant, en qualité de ministre des Affaires étrangères, d’être chargé de… la francophonie (19/6/2007, Sarkozy/Fillon).Un de nos présidents de la République choisissait l’anglais, au soir de son élection, pour s’adresser à la presse (Giscard d’Estaing)etun ministre de l’Education nationale exhortait les Français à ne pas considérer l’anglais comme une langue étrangère (30/08/1997, Chirac/Jospin). Et en confirmation de cette orientation,il vient d’être décidé d’introduire l’anglais comme langue d’enseignement dans l’enseignement supérieur français (loi du 22 juillet 2013, Hollande/Ayrault).

La famille, troisième cible des cosmopolites

La famille. Depuis des millénaires, et pas seulement en France, on croit que la famille est fondée sur l’union d’un homme et d’une femme et la procréation par ce couple. Cette vision de la famille est incontestablement restrictive, mais on pensait qu’elle était liée à la nature des choses. Le cosmopolite pense que cette vision, loin d’être imposée par la réalité, n’est qu’une convention sociale qu’il faut abolir pour rétablir la liberté. Sans bouleverser la législation intéressant la famille traditionnelle, il a créé des structures parallèles, remettant en cause la notion de sexe et les relations entre sexes : création du Pacs, qui ouvrait la voie au mariage homosexuel (novembre 1999, Chirac/Jospin),institution du mariage homosexuel (loi du 17 mai 2013, Hollande/Ayrault),introduction feutrée de la théorie du genre au lycée (circulaire du 30 septembre 2010, Sarkozy/Fillon).

L’école et l’éducation, quatrième cible des cosmopolites

L’enseignement. Le souci louable de l’égalité des chances a conduit à substituer le collège unique (loi du 11 juillet 1975, Giscard d’Estaing/Chirac)au système scolaire de la IIIe République avec ses filières de prestige inégal. Le cosmopolite a considéré que les structures sociales et l’appartenance des familles à celles-ci commandaient en fait le choix des filières et que l’égalité des chances en était affectée. Il a estimé en conséquence qu’on rétablirait cette dernière si on instituait une formation unique, celle du « collège unique ». C’était une fois de plus refuser de tenir compte des réalités et notamment des aptitudes des enfants à tel ou tel type d’enseignement. Il apparaît aujourd’hui que, pour avoir voulu ériger l’uniformisation en principe au lieu d’aborder la question de l’égalité des chances dans toutes ses nuances, on rencontre un échec d’autant plus retentissant que l’inégalité des chances en a été aggravée et que le système d’enseignement antérieur a été détruit sans être remplacé.

L’école et l’éducation.

L’autorité est ressentie par le cosmopolite comme une forme de domination dont il convient d’affaiblir l’exercice. L’observateur est tenté d’attribuer à cette vision l’orientation qui a été imposée à la manière d’enseigner et à la nature des rapports entre l’élève et le maître, ou plutôt (évitons les gros mots) le formateur. On a voulu mettre « l’élève au centre du système » (?) (loi du 10 juillet 1989, Mitterrand/Rocard) et on a soit confirmé soit suscité diversesinnovations pédagogiques.Pour schématiser, et au risque d’exagérer, disons qu’aux cours magistraux, aux dictées, à la méthode syllabique ont été substituées les activités ludiques, les sorties scolaires, la méthode globale, toutes innovations pédagogiques censées soustraire l’élève aux influences abusives et lui permettre d’exprimer sa personnalité. Les résultats catastrophiques se sont ajoutés à ceux du collège unique (cf. les enquêtes internationales).

Dans le même temps, l’école cesse d’être un lieu de neutralité, où les doctrines et les opinions sont exposées et confrontées. Elle tend à devenir, au contraire, un lieu où peut s’exprimer sans obstacle l’idée dominante, où l’antiracisme devient l’alpha et l’omega de la pensée critique, où l’histoire de France a disparu en tant que telle des programmes de l’enseignement primaire et où le sentiment national paraît un anachronisme.

La religion, cinquième cible des cosmopolites

La religion. La religion catholique est étroitement liée à l’histoire de la France. Elle est porteuse de valeurs, traditions et rites que le cosmopolite juge incompatibles avec sa conception de la liberté. L’Eglise catholique en France cependant ne paraît pas plus maltraitée par le cosmopolitisme d’aujourd’hui qu’elle ne le fut parfois. Mais cette indifférence, teintée de malveillance, contraste avec la sollicitude accordée à l’islam, à ses pratiques religieuses (tolérance des boucheries hallal, par exemple) et à ses fêtes (présence du premier ministre et du ministre de l’Intérieur à l’Aïd el Kebir, entre autres, Ayrault, Valls). Il y a, dans cette sollicitude, une volonté de pénitence en même temps que de reniement des chapitres de l’histoire où la France exerça une « domination ». Cette volonté de reniement l’emporte sur le sentiment et même sur l’attachement à la laïcité.

Ainsi le cosmopolitisme a-t-il – hélas ! – dominé la vie politique française des quarante dernières années. Sa prévalence aura été assez importante pour que le Club de l’Horloge lui consacre sa dernière université annuelle. Pour autant, bien sûr, il n’y a jamais eu de complot cosmopolite à proprement parler, avec réunions secrètes des conjurés… Mais il y a eu divers facteurs convergents : d’abord, l’épanouissement d’une idéologie devenue dominante à l’issue des troubles de Mai-1968 et en dépit de son rejet massif par le suffrage universel aux élections de 1968 ; ensuite, l’influence d’éléments extérieurs qui l’ont aidée à devenir dominante. On peut même penser qu’ils furent déterminants.

Superclasse mondiale et empire américain à la manœuvre

Au premier rang, les grands intérêts économiques et financiers, ceux de la superclasse mondiale favorable à la mondialisation de l’économie et aux mouvements migratoires du tiers-monde. Les membres français de ce groupe ne paraissent malheureusement pas s’opposer aux opérations de démembrement de la France. L’un d’eux parmi les plus éminents pouvait écrire dès février 1970 : « La structure qui doit disparaître, le verrou qui doit sauter, c’est la nation ». On ne saurait être plus clair.

Au second rang, l’empire américain. Les Etats-Unis, en effet, se sont faits les champions du cosmopolitisme, qu’ils nomment «droits de l’homme» et ils invoquent volontiers ceux-ci à tout moment, même pour justifier leurs opérations militaires ; ils exercent à ce titre une pression idéologique intense (en liaison étroite avec les grands intérêts économico-financiers) sur les pays soumis à leur influence.

En définitive, les années 1970 marquent bien une fracture spectaculaire dans notre histoire : en un millénaire, jamais un régime n’avait, comme l’a fait celui des quarante dernières années, sacrifié la France à une idéologie. C’est pourquoi les Français sont aujourd’hui en droit de considérer que la Ve République gaullienne est morte et que nous vivons, depuis le 28 avril 1969, date de la démission du général De Gaulle, en un régime nouveau, sans précédent car a-national : la VIe République.

 Pierre Milloz
3/05/2014

(*) Cette idéologie est fort ancienne. On peut considérer que la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 lui a donné une première mise en forme, à ceci près que le mot « citoyen » apporte une restriction de taille à la portée générale du texte. La Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, en revanche, ne fait aucune restriction de ce genre.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s