A l’ombre de Wall Street – Complicités et financements soviéto-nazis – Pierre de Villemarest

Publié le Mis à jour le


A l'ombre de Wall Street - Complicités et financements soviéto-nazis - Pierre de Villemarest

Titre : A l’ombre de Wall Street – Complicités et financements soviéto-nazis

Auteur : Pierre de Villemarest

Date de sortie : 1996

Résumé / Quatrième de couverture :

« Les preuves indiscutables qu’une certaine « fraternité » internationale a financé à la fois la révolution bolchevique, et assuré jusqu’en 1990 la survie de l’URSS, et le nazisme ; que pendant la guerre 1939-1945, des banques et firmes mondialement connues coopéraient avec l’Allemagne en guerre, fussent-elles américaines ; que leur représentation à Bâle siégeait régulièrement avec les délégués de Berlin. Voici le rôle du Dr. Schacht, du mystérieux colonel Nikolaï ; les vrais chefs de l’Orchestre Rouge en Allemagne ; et puis la Directive secrète du Conseil National de Sécurité américain qui en 1948 « oriente » Washington, en sorte de soutenir à l’intérieur du monde communiste des communistes dits nationaux, et de renverser non pas le communisme, mais sa version stalinienne. C’est la clef de tout ce qui s’est passé depuis dans la coulisse après 1945 et jusqu’à 1995, et qui devrait être le sujet d’un prochain ouvrage.

Engagé dans la Résistance dès l’automne 1940, ensuite officier de l’Armée secrète, puis officier de Renseignement orienté vers les pays tombés sous le joug soviéto-communiste, l’auteur de ce livre est journaliste professionnel depuis les années 1950. Il a publié entre 1962 et 1995 dix-huit ouvrages sur l’espionnage, les coulisses est-ouest, le mondialisme, dont plusieurs ont été traduits en chinois, polonais, espagnol et allemand. Il a créé et dirige depuis 1977 la Lettre d’Information du Centre Européen d’Information, avec abonnés dans dix-huit pays. Il était auparavant et pendant quinze ans chroniqueur à l’Aurore, Valeurs Actuelles, La Vie Française, Le Quotidien de Paris, et plusieurs quotidiens ou hebdomadaires suisses, belges et italiens. »

Pourquoi lire ce livre ? / Commentaires :

Ce volume « explosif » dénonce les complicités des financements qui ont permis l’accession au pouvoir des subversions tant soviétique (en Russie) que nationale-socialiste (en Allemagne).

Fiche de lecture parue dans le Bulletin N°169 de l’Amicale des Anciens des Services Spéciaux de la Défense Nationale :

« Sous ce titre, notre camarade Pierre de Villemarest publie un ouvrage consacré à l’étude du financement de la révolution bolchevique et de la survie de l’U.R.S.S. jusqu’en 1990 par des banques et firmes étrangères, voire même américaines.

Pendant la deuxième guerre mondiale cette coopération financière internationale avec l’Allemagne comme avec les soviets, nous est révélée avec tous ses aspects scandaleux et sordides.

Pierre de Villemarest, ancien de notre réseau Kléber, patriote intransigeant, s’est spécialisé depuis 1950 dans l’étude des pays de l’Est et plus particulièrement sur l’U.R.S.S. elle-même.

Chroniqueur très apprécié dans divers journaux et publications nationales, sa compétence fait autorité en France et dans plusieurs pays voisins.

Nos camarades liront avec intérêt ces nouvelles révélations sur un monde “faisandé” dont les responsabilités mériteraient l’attention des historiens et de la justice. »

Commentaire d’un lecteur :

« Si l’on veut comprendre l’histoire du XXème siècle, il faut absolument lire ce livre.
On y découvre l’ampleur de l’aide financière que certaines firmes américaines (Morgan, Standard Oil, Chase Manhattan Bank, etc.) ont accordée à la fois aux régimes soviétique et nazi.
L’auteur, qui a fait partie des services secrets français, n’avance aucune information sans preuve, et reproduit au contraire un nombre considérable de documents inédits (surtout en France) montrant ces diverses collusions.
On découvre ainsi que le fameux wagon plombé dans lequel Lénine gagna la Finlande, avait pu traverser l’Allemagne grâce au chef de la police secrète allemande Max Warburg, lui-même frère du financier américain Paul Warburg, qui aida les révolutionnaires, tout comme Rotschild qui sortit Trotsky de sa prison canadienne, après lui avoir permis d’entrainer ses troupes dans une de ses propriétés.
On apprend aussi que les accords de Rapallo, passés entre l’URSS et la République de Weimar se sont poursuivis quand Hitler est arrivé au pouvoir, ce qui a permis aux deux dictatures de se fortifier mutuellement, et que cette coopération ne s’est même pas arrêtée durant la guerre d’Espagne !
Pierre de Villemarest reproduit aussi des documents prouvant que jusqu’en 1944 (!) des conseils d’administration se tenaient en Suisse, avec la participation d’Allemands, de Français, d’Américains, d’Anglais et d’autres pays belligérants…
En résumé, un livre truffé de révélations sensationnelles, et solidement étayées. »

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s