La décomposition des nations européennes – Pierre Hillard

Publié le Mis à jour le


Titre : La décomposition des nations européennes – De l’union euro-atlantique à l’État mondial

Auteur : Pierre Hillard

Date de sortie : 2004 (1ère édition); 2010 (2ème édition augmentée)

Résumé / Quatrième de couverture :

« La deuxième moitié du XXe siècle aura été fondée sur un paradoxe. Des générations d’hommes politiques ont parlé de la  » construction européenne  » mais il semble s’agir d’un objectif qui, comme l’horizon, s’éloigne au fur et à mesure que l’on avance. En fait, avec les années qui passent, on assiste à la déconstruction, à la destruction des nations, sans que rien ne vienne les remplacer. Et l’on peut même se demander, hypothèse encore plus terrible, mais vraisemblable, si  » faire l’Europe  » ne consiste pas, en fait, à détruire les nations. L’historien allemand Rudolf von Thadden l’avait dit sans prendre de gants :  » Pour faire l’Europe, il faut défaire un peu la France « . La construction européenne fut fondée, dès l’origine, sur l’idée d’une renonciation à l’exercice de la souveraineté, sous prétexte que certains pays européens, l’Allemagne, en particulier, avait cédé, entre 1914 et 1945, au vertige de la puissance. On avait libéré les nations mais pour, aussitôt, les démanteler à nouveau. Confondant la puissance et la souveraineté, on s’imaginait que l’équilibre des puissances passait désormais par l’abolition des souverainetés. Comme le montre Pierre Hillard, jeune et brillant connaisseur de l’Allemagne et des affaires européennes, on a, par cette politique de gribouille, permis à des forces fascistes et impériales de revenir sur le devant de la scène. Son nouvel ouvrage est l’occasion, pour lui, d’élargir le champ de son enquête : derrière le morcellement territorial des États, on ne retrouve pas seulement des organisations héritières du national-socialisme et des mouvements ethno-racistes, largement décrits dans son Enquête sur le plan allemand qui va bouleverser l’Europe : on recense, en fait, de multiples courants qui, de la droite à la gauche, militent pour la destruction des nations et, quelquefois consciemment, font le jeu de la mondialisation économique et politique, qui est, en fait, le produit du basculement des États-Unis d’Amérique dans l’impérialisme, comme l’avouent ouvertement les idéologues du gouvernement Bush. Pierre Hillard montre comment l’atlantisme, qui n’avait plus de raison d’être après la fin de la guerre froide, est devenu l’instrument de ce « mondialisme » que prônait, dès son élection à la présidence de la République, le père de l’Europe actuelle, Valéry Giscard d’Estaing. Chercheur scrupuleux, Pierre Hillard reconstitue un certain nombre de réseaux et identifie les fondations qui, en Europe et aux États-Unis, s’emploient à saper les principes mêmes de la souveraineté des États, au nom des droits des minorités et au service du capitalisme prédateur qui caractérise notre époque, toutes ces tendances faisant le jeu de l’hégémonie américaine. Une hégémonie que Zbigniew Brzezinski décrivait, en 1997, dans un cadre spenglerien : la vocation américaine est désormais de contrôler l’Eurasie, pour réaliser l’empire occidental. C’est la logique mortifère d’une Europe carolingienne à la fois impuissante diplomatiquement et ravagée par les désordres économiques qu’engendre l’ordre américain pour détruire la seule Europe possible, celle des souverainetés pleinement exercées par des États nationaux, coexistant dans la paix et la prospérité. L’auteur de ce livre s’affirme de plus en plus, en effet, comme un observateur très précieux de la politique internationale. La clarté et la précision de ses analyses sont le meilleur antidote aux tours de passe-passe idéologiques dont se servent les manipulateurs de la démocratie. »

Pourquoi lire ce livre ? / Commentaires :

Pour comprendre ce qu’est réellement la construction européenne : l’établissement d’un État fédéral européen des régions à base ethnique par la dissolution des nations européennes.

L’ouvrage se compose d’articles publiés dans différentes revues (notamment B.I. Infos) entre 2001 et 2004. Le travail très sérieux de Pierre Hillard est fait à partir de documents et informations officiels. La première partie du livre est un bref rappel historique du travail de sape des élites mondialistes.

Le livre nous montre que la politique de l’Union Européenne consiste à détruire les états européens en utilisant notamment les régionalismes, en promouvant les langues régionales et l’ethnicisme, en effaçant les frontières étatiques pour en faire de simples frontières administratives. Les états sont broyés entre les régions (s’émancipant de l’autorité nationale) et l’entité supranationale. Mais les textes fondamentaux de l’Union Européenne et les instituts européens chargés de ce travail de sape sont en réalité allemands. L’Allemagne insuffle sa spiritualité politique aux autres états européens via l’Union Européenne. L’Allemagne reprend ainsi ses rêves d’unifier l’Europe sous son commandement. Ce qu’elle n’a pas réussi à faire avec Guillaume II et Hitler, l’Allemagne arrive à le faire aujourd’hui via l’Union Européenne car elle est elle-même sous domination américaine (Les États-Unis ont toujours accepté que l’Allemagne unifie le continent européen à condition qu’elle soit sous domination américaine).
Informations complémentaires qui ne sont pas dans le livre : à chaque fois qu’un chancelier allemand est élu, il va prêter allégeance à Washington et l’Allemagne est sous domination anglo-saxonne pour 99 ans (Cf. Général allemand Gerd-Helmut Komossa dans son livre « Die deutsche Karte »).

L’Union Européenne n’est pas une finalité en soi; elle est destinée à s’insérer ensuite dans un bloc euro-atlantique avec l’Amérique du Nord.

Régionalisation, chartes des langues régionales ou minoritaires, marché transatlantique, tout était annoncé dans ce livre dès 2004 !

Des personnalités politiques défendant officiellement la cause nationale étaient au courant de ce livre à l’époque, pourquoi n’ont-elles rien fait et rien dit depuis 10 ans ?

Sommaire :

Bilan, le nouvel ordre mondial en marche – histoire d’un long travail de sape
Avant-propos
1. Alpen-Adria, le cheval de Troie
2. L’Europe minée par la régionalisation allemande
3. La promotion des minorités allemandes dans l’Est européen par Berlin
4. L’UFCE et le mouvement autonomiste macédonien
5. Le curieux budget de l’UFCE
6. Le travail de sape de l’UFCE
7. La régionalisation de la Serbie
8. L’Europe des tribus
9. La police serbe équipée grâce au made in Germany
10. La France éclatée
11. Le code civil européen ou l’effaceur de mémoire
12. L’Occitanie, l’émancipation
13. L’UFCE, les Balkans et l’Europe
14. La mosaïque européenne
15. Comment les instances européennes s’y prennent pour dynamiter les frontières
16. L’Europe et l’aménagement du territoire
17. L’Union Charlemagne
18. Vers une Europe de plus en plus désintégrée
19. Une constitution fédérale pour l’Irak ?
20. Le feu régionaliste dévore l’Europe
21. Vers un nouvel atlantisme ?
22. La politique extérieure germano-bavaroise en Europe du Sud-est
23. La régionalisation en Europe vue des États-Unis et leurs conséquences
24. L’agenda oriental de l’OTAN
25. Kaliningrad devient de plus en plus Königsberg
26. Le partenariat transatlantique germano-américain, une nouvelle naissance
27. L’application de la charte des langues régionales ou minoritaires au Royaume-Uni
28. Le réseau politique transatlantique
29. Le quatre-quarts européen
30. Une organisation planétaire, le principe du steak haché
31. L’Union européenne, la démesure
32. La toile d’araignée identitaire
33. Le coût et l’impact de l’intégration de la Turquie dans l’Union européenne
34. Une Constitution pour détruire les États et l’Europe
Conclusion. La France assujettie au nouvel ordre mondial

Pierre Hillard est docteur en science politique, spécialiste du mondialisme et anciennement professeur de relations internationales.

Publicités

Une réflexion au sujet de « La décomposition des nations européennes – Pierre Hillard »

    […] livre vient compléter le précédent (« La décomposition des nations européennes« ) en continuant de montrer la constitution progressive d’un bloc euro-atlantique […]

Les commentaires sont fermés.